Artistes

  • Ruben Monteiro Pedro
    Ruben Monteiro Pedro

    Né en 1993 à Lausanne et d’origine portugaise, Ruben Monteiro Pedro découvre sa passion pour la musique enfant par le biais de sa professeure de musique au collège. Il intégre la Maîtrise du Conservatoire de Lausanne, sous la direction d’Yves Bugnon, et prend part en 2005, en plus de nombreux concerts dans la Suisse romande, à une production de Carmen à l’Opéra de Lausanne sous la baguette de Nicolas Chalvin et mis en scène par Patrice Caurier et Moshe Leiser. Il commence dès lors à étudier le chant en intégrant la classe de Stéphanie Burkhard au Conservatoire de Lausanne.

    Toujours sous l’égide de la Maîtrise, il prend part à Pinnochio court toujours de Romain Didier en tant que choriste et soliste dans une mise en scène de Christophe Balissat aux théâtres de Beausobre, de l’Octogone de Pully et de l’Alhambra de Genève. Il participe également à l’opéra pour enfants The Little Sweep de Benjamin Britten dans le rôle de Gay Brook, représenté à l’Opéra de Lausanne avec Mélanie Thiébaut à la direction et Ignacio Garcia à la mise en scène.

    En 2009, il rejoint les rangs des Vocalistes du Conservatoire de Lausanne dans le registre de basse sous la direction de Henri Farge, lui permettant ainsi d’aborder un répertoire s’étendant de la Renaissance à la musique contemporaine dans un cadre exigeant et en collaboration avec les musiciens de l’HEMU de Lausanne. En officiant en tant que soliste et choriste, il exécute des œuvres comme, entre autres, la Messe de Stravinsky, des madrigaux de Monteverdi, de nombreuses cantates de Bach, des masques et semi-operas de Blow, Händel et Purcell et les Liebeslieder Walzer de Brahms dans des cadres tels que le Festival de la Folia à Rougemont, aux concerts de Cantate et Parole et des Bach Days, le Off du Festival Bach de Lausanne et le Off du Lavaux Classic. Les Vocalistes feront également des créations de pièces contemporaines de Pagliarani à Riva Sin Vitale (Tessin), Zürich, à la Chaux-de-Fonds et de Henri Farge. En filigrane, Ruben poursuit son travail scénique avec le comédien et metteur en scène Benoît Blancpain.

    Il collabore depuis 2014 avec le baryton et chef d’ensemble Philippe Huttenlocher, devenu alors chef des Vocalistes. Il présente alors les parties solistiques de cantates, plusieurs messes brèves, la Johannes- Passion et le Weihnachtsoratorium de Bach, la Nelsonmesse de Haydn, King Arthur et Indian Queen de Purcell. Il se produit également dans des cantates de Bach et la Lukas-Passion de Schütz sous la direction de Johannes Günther au Grossmünster de Berne et à Zürich.

    Il retrouve Christophe Balissat pour incarner le rôle de Papageno dans une version écourtée de la Zauberflöte de Mozart lors d’un projet de l’HEMU de Lausanne en décembre 2015 et janvier 2016 et pour une version concertante du Kaiser von Atlantis dans le rôle du Lautsprecher à la Fondation de l’Estrée à Ropraz en 2017. Ruben se produit également quatre années consécutives au Festival Off d’Avignon et en Suisse dans deux pièces théâtrales, Mozart et Salieri où il chante des airs d’opéra de Mozart et Farinelli et le roi fou avec des airs d’opéra de Händel.

    Après son passage dans une classe préprofessionnelle à Lausanne dans la classe de Stéphanie Burkhard, il intègre la Hochschule der Künste Bern dans la classe de Christian Hilz où il obtient son Bachelor avec distinction et poursuit ses études en Master de pédagogie.

  • Sophie Negoïta
    Sophie Negoïta

    Après un bachelor de chant auprès de Brigitte Balleys à la Haute Ecole de Musique de Lausanne, la soprano suisse Sophie Negoïta termine son Master dans la classe de Barbara Bonney à l’Université Mozarteum de Salzburg.

    Membre de la Maîtrise du Conservatoire de Lausanne, elle se produit dès son plus jeune âge à l’Opéra de Lausanne ainsi qu’au Grand Théâtre de Genève dans des rôles tels que Sophie Brook dans le Petit Ramoneur (Britten) ou le Premier garçon dans la Flûte Enchantée (Mozart).

    Sophie a chanté à plusieurs reprises sous la direction du Baryton Philippe Huttenlocher, notamment les rôles de Cupid dans Venus & Adonis (Blow), Venus, Cupid et Soprano dans le Roi Arthur (Purcell), Second Woman dans Didon & Enée (Purcell) et Quivera dans The Indian Queen (Purcell). Au concert, on a pu l’entendre entre autres tenir les parties solistes de la Passion selon St-Jean (Bach), l’Oratorio de Noël (Bach), de nombreuses Cantates de Bach, la Missa in Angustiis (Haydn) et le Requiem de Mozart.

    Sophie a chanté La Courte Paille de Poulenc au foyer de l’Opéra de Bruxelles et a été invitée trois années consécutives au Festival of Strings d’Orvieto en Italie, où on a pu l’entendre chanter par exemple, l’Exultate Jubilate (Mozart). Elle a chanté le rôle de Solveig dans Peer Gynt (Grieg) au Théâtre du Jorat ainsi que les rôles de Barbara Gerl et Farinelli durant trois éditions du Festival d’Avignon dans les pièces de théâtre de Jean Chollet, Mozart et Salieri et Farinelli et le Roi fou.

    Elle a récemment chanté le Gloria de Poulenc avec la CameratAmoyal et fait ses débuts en Allemagne au Forum für Neue Music Klanggabe à Francfort ainsi qu’à Salzburg dans le Rôle de Mrs.Coyle dans Owen Wingrave (Britten) à l’OperMozarteum.

Lieu

Eglise du Prieuré
Eglise du Prieuré

Date

dimanche 10 Mai 2020

Heure

16:00 - 17:15

Mozart et Salieri

“Mozart et Salieri”, d’après Alexandre Pouchkine

Mise en scène : Jean Chollet

  • Sophie Negoïta, soprano
  • Ruben Monteiro Pedro, baryton
  • Christophe Gorlier, comédien
  • Séverin Bussy, comédien
  • Anne Chollet, piano

 

Musicien de génie, Mozart ne tarda pas à susciter la jalousie de ses confrères, dont celle du compositeur de la cour, Antonio Salieri. Aussi, sa mort mystérieuse, en décembre 1791, fut-elle immédiatement attribuée au musicien jaloux et c’est de là que part le texte de Pouchkine ! Pour la plupart des musicologues, ce n’est là que pure légende. Et pourtant… Le texte de Pouchkine est plus qu’une affaire criminelle, c’est la question du génie injustement distribué. Pourquoi Dieu comble-t-il les uns et laisse-t-il les autres errer dans la médiocrité ?

Dans cette nouvelle adaptation, Salieri ne choisit pas un poison pour faire disparaître Mozart ; il lui suggère d’écrire la musique d’un mauvais livret, pour un mauvais théâtre. Mais le musicien de génie déjouera le piège au-delà de tout ce que Salieri pouvait imaginer et composera « La flûte enchantée ».

Mozart et Salieri seront entourés de deux chanteurs d’opéra pour des airs tirés de « La flûte enchantée » de « L’Enlèvement au Sérail » ou de « Don Giovanni ».

 

Étiquettes :