Ici, ailleurs ou autre part – Viotti/Bianco/Moreau

Ici, ailleurs ou autre part Nous faisons tous l’expérience depuis plus d’un an, dune pandémie qui nous oblige à rester immobiles, isolés et enfermés… mais grâce à la musique, à internet, aux arts, nous pouvons voyager au delà des murs, nous évader de nos prisons dorées. Ce programme concocté par trois solistes de renommée internationales, a pour but d’explorer les musiques de monde, en passant d’un continent à l’autre, en arrangeant et adaptant les titres choisis pour violoncelle, guitare et voix. Un programme original et unique. Qu’elle soit classique ou populaire, de la Russie au monde arabe en passant par le Japon : la musique est un élément fédérateur, un lien essentiel, un langage universel.

 

Montsalvatge, Viardot, Tchaikovsky, Takemitsu, Ligeti, Brel, Buena Vista Social Club…

Photo Marina Viotti ©David Ruano

Étiquettes : ,

Date

samedi 08 Mai 2021
Expiré!

Heure

19:00

Labels

WEMP 2021

Lieu

Maison Pulliérane
Grande Salle

Artistes

  • Edgar Moreau
    Edgar Moreau

    Lauréat des concours Rostropovitch 2009, Tchaikovsky 2011 et des Young Concert Artist 2014, Edgar Moreau, né en 1994, commence le violoncelle à 4 ans.

    Parallèlement à l’apprentissage du piano, il étudie avec Philippe Muller au CNSM de Paris et se perfectionne auprès de Frans Helmerson à Kronberg. Il fait ses débuts dans le concerto de Dvorak avec l’Orchestre du Teatro Regio de Turin à l’âge de 11 ans.

    Edgar se produit dans les salles les plus prestigieuses, notamment au Carnegie Hall de New York, la Philharmonie de Berlin, le Musikverein et le Konzerthaus de Vienne, le Concertgebouw d’Amsterdam, le Hollywood Ball à Los Angeles, la Philharmonie de Paris et le Théâtre des Champs-Elysées, l’Elbphilharmonie à Hamburg, Suntory Hall à Tokyo, le Seoul Art Center, le Victoria Hall de Genève, le Palau de la Musica Catalana de Barcelone, la Scala de Milan, la Fenice de Venise, le Wigmore Hall, ainsi que dans les festivals de Verbier, Salzbourg, Gstaad, Montreux, Edinbourg, Saint-Denis, Menton, Colmar, Lugano etc.

    Il collabore avec des chefs d’orchestre de renommée internationale tels que Gustavo Dudamel, Valery Gergiev, Francois-Xavier Roth, Tugan Sokhiev, Manfred Honeck, Lahav Shani, Mikko Franck, Jakub Hrusa, Alain Altinoglu, Pablo-Heras Casado, Vasily Petrenko, Jukka-Pekka Saraste, Lionel Bringuier et se produit avec les orchestres comme l’Orchestra Nationale de Santa Cecilia, London Symphony, London Philharmonia, Royal Philharmonic, Los Angeles Philharmonic, Philadelphia Orchestra, Malher Chamber Orchestra, Orchestre de Paris, Munich Philharmonique, Israel Philharmonic, Philharmonique de Radio France, Seattle Symphony, Filarmonica della Scala, Orchestre National de France, Saint Petersburg Philharmonic, Simon Bolivar Orchestra, Malaysian Philharmonic Orchestra, Tokyo Metropolitan Orchestra etc.

    La musique de chambre occupe une place privilégiée dans sa carrière et il a comme partenaires : Martha Argerich, Yo-Yo Ma, Renaud Capuçon, Khatia Buniatishvili, Nicholas Angelich, Andras Schiff, Emmanuel Pahud, Sergey Babayan, Lisa Batiashvili, Julian Rachlin, Alexey Volodin, Bertrand Chamayou, David Kadouch, entre autres, ainsi que ses frères et sœur, également musiciens.

    En 2014, Edgar sort son premier album chez Erato, « Play », avec le pianiste Pierre-Yves Hodique, puis « Giovincello », concerti baroques avec l’ensemble Il Pomo d’Oro et Riccardo Minasi, récompensé du prix ECHO Classik 2016, un disque dévolu aux sonates et trios de Debussy en 2017 (Erato, Warner). Plus récemment, un récital en duo avec David Kadouch consacré à Franck, Poulenc, Strohl et De la Tombelle, ainsi que les concertos d’Offenbach et de Gulda avec Les Forces Majeures et Raphaël Merlin.

    Il a obtenu 2 Victoires de la Musique Classique en 2013 et 2015 et a remporté un ECHO Classik en 2016. Il est également lauréat des ECHO Rising Stars en 2017. Il a bénéficié du soutien de la Fondation Banque Populaire, de la Fondation d’entreprise Safran, il est Révélation instrumentale classique Adami 2012, ainsi que Prix Jeune Soliste des Radios Francophones Publique 2013.

    Edgar Moreau joue un violoncelle de David Tecchler de 1711 et un archet de Dominique Peccatte.

  • Gabriel Bianco
    Gabriel Bianco

    Né à Paris en 1988, Gabriel Bianco est reconnu comme l’un des plus éminents guitaristes actuels. Récompensé de maints premiers prix de concours internationaux, parmis lesquels Koblenz (2007), Guitar Foundation of America (2008) ou Andrès Segovia à Almuñecar (2012), il est nommé révélation classique de l’ADAMI en 2011.
    Invité à jouer dans plus de 50 pays, il s’est notamment fait entendre sur les scènes françaises du Théâtre du Châtelet, de la Folle Journée de Nantes, du Festival Radio-France Occitanie, du Festival International de guitare de Paris, aux Tchaïkovsky Hall de Moscou, à l’Herbst Theater de San Francisco, à l’Auditorium Luis Arango de Bogota, au Conservatoire Central de Pékin, au Musashino Art
    Center de Tokyo, à la Philharmonie de Kiev.
    Plusieurs compositeurs lui ont d’ailleurs dédié des oeuvres : Atanas Ourkouzounov, Karol Beffa, Sergio Assad, Matthieu Stefanelli, Orestis Kalampalikis, Marek Pasieczny, Denis Ramos.
    Il a enregistré plusieurs disques en solo (Laureate Guitar Series chez Naxos en 2009 et « Capricci » chez Ad Vitam Records en 2015), avec le Quatuor Eclisses (« Guitares » en 2013, « Invitation Française » en 2015, « Pulse » en 2017 et « Evocacion » en 2020 chez Ad Vitam Records), ainsi qu’avec la hautboïste Michaela Hrabankova (« Divertissement » chez Ad Vitam Records).
    Gabriel Bianco enseigne au Conservatorium van Amsterdam depuis Septembre 2018.

  • Marina Viotti
    Marina Viotti

    Après un diplôme de flûte traversière, Marina Viotti s’essaie au jazz, au gospel, au heavy metal et, un diplôme de hautes études littéraire (hypokhâgnes) en poche, part s’installer à Vienne pour commencer le chant lyrique auprès de Heidi Brunner en 2011. En 2013, elle entre dans la classe de Brigitte Balleys à l’HEMU, où elle obtient un diplôme de soliste. Elle se perfectionne ensuite dans le belcanto auprès de Raul Gimenez à Barcelone.
    Marina est élue en 2019 “Meilleure jeune chanteuse de l’année” aux International Opera awards, et gagne de nombreux prix dans différents concours : Finaliste du concours
    Operalia en 2018, 3e prix du Concours de Genève en 2016, 1er prix au concours Kattenburg à Lausanne en 2017. Elle reçoit le Prix Suisse de Musique en 2022 et est nommée « Artiste lyrique de l’année » aux Victoires de la Musique cette même année. En 2023, elle remporte la Victoire de la Musique Classique d’Artiste Lyrique de l’année.
    Ses rôles importants à l’opéra incluent : Rosina (Barbier de Séville) au Bolshoi, Mélibéa (Le Voyage à Reims) et Nicklausse/La Muse (Les Contes d’Hoffmann) au Lieu de Barcelone ; Arsace (Aureliano in Palmira) et Isabella (L’italienne à Alger) au festival Rossini à Wildbad puis au Théâtre de Lucerne, où elle a également interprété La Grande Duchesse de Gerolstein (Offenbach) et Elisabetta (Marie Stuart); Rosina (Le Barbier de Séville), Bradamante (Alcina) et Olga (Onegin) à l’Opéra du Rhin ; Maddalena (Rigoletto) à l’opéra de Zürich, à la Scala et au Bayerische Staatsoper Münich. Cherubino (Nozze) et Dorabella (Cosi) à la Staatsoper de Berlin; Arsace (Semiramide) et Bradamante à l’opéra de Lausanne ; La Périchole au Théatre des Champs Élysée ; Orlovsky (Fledermaus) à Firenze et Alceste à Rome ; A venir : Nicklausse/Muse à la Scala, Cenerentola à Dresden.
    Marina chante la partie d’alto solo dans plusieurs concerts dont, entre autres: Verdi Requiem, La Messe en UT (Mozart), les Kindertotenlieder (Mahler), Le Stabat Mater (Pergolesi), Le Messie (Händel), La petite messe solennelle (Rossini), El amor Brujo (De Falla) ou encore Le Poème de l’amour et de la mer (Chausson) avec de nombreux grands chefs, tels que Barenboim, Lorenzo Viotti, Bertrand de Billy et Michel Corboz.
    Avec ses programmes diversifiés et ouverts, elle est l’invitée de nombreux festivals (Solothurn Classics, Lavaux Classics, Label Suisse, Festival de la Cité, Tarragona, Périgord Noir, Victoria de Los Angeles, Hakuba), de la France au Japon en passant par l’Espagne, Le Brésil ou l’Allemagne, avec notamment les récitals “Porque existe Potro querer ” et “Love has no borders”.
    Désireuse d’explorer d’autres voies et de rapprocher les genres et les gens, “virevoltant d’un style à l’autre avec un naturel désarmant et une parfaite aisance musicale”, Marina créée des projets qui font appel tant au répertoire lyrique qu’au cabaret, jazz chanson.