Une histoire de Babar

Qui se souvient que les histoires du célèbre petit éléphant sont d’abord une histoire de famille ?

Inspirées de faits réels et familiaux (!), les aventures de Babar sont imaginées par Cécile et Jean de Brunhoff pour endormir leurs enfants le soir, bien avant que la saga ne se transforme en best seller, édité en 27 langues et vendu à 13 millions d’exemplaires…

C’est l’occasion pour Jean-Philippe et Arthur Ancelle, père et fils, d’afficher leur complicité filiale dans la pièce de Poulenc, « improvisée » par le compositeur sur la toute première apparition de l’éléphant devenu roi.

Artistes :
Arthur Ancelle (pianiste)
Jean-Philippe Ancelle (comédien)

Liste des pièces :
« L’histoire de Babar, le petit éléphant » pour récitant et piano, de Francis Poulenc

Date

dimanche 07 Mai 2023

Heure

11:00 - 11:35

Labels

WEMP 2023

Lieu

Grande Salle de la Maison Pulliérane
Grande Salle de la Maison Pulliérane
Association Applause

Organisateur

Association Applause
Email
info@wempully.ch
Site Web
https://www.wempully.ch/association/

Artistes

  • Arthur Ancelle
    Arthur Ancelle

    Véritable électron libre parmi les pianistes de sa génération, Arthur Ancelle est particulièrement remarqué pour son engagement musical, la finesse et l’intelligence de son jeu, son anticonformisme, ainsi que par son art de la transcription pour piano.
    Ayant débuté le piano à 3 ans, l’étude de l’harmonie à 7 ans, diplômé en musique de chambre et pédagogie, Arthur Ancelle est titulaire du Diplôme de Concertiste de l’Ecole Normale de Musique de Paris et lauréat de nombreux concours internationaux, en France, en Russie, en Bulgarie, en Italie, en Espagne, en Australie, qui lui valent d’être invité à jouer dans plusieurs des plus grandes salles du monde, telles Carnegie Hall, le Kennedy Center, les Philharmonies de Saint-Pétersbourg et de
    Moscou, les Salles Cortot et Gaveau à Paris.
    Arthur Ancelle se distingue par ses recherches approfondies remettant en cause certaines traditions d’interprétation dans les répertoires qu’il aborde, comme en témoignent chacun de ses enregistrements.
    Chez Chopin, son compositeur de prédilection, « Arthur Ancelle purge ces oeuvres tellement enregistrées de décennies de clichés expressifs » (Gramophone), avec « un ton d’évidence porté par des moyens pianistiques considérables » (artamag’) ; compte tenu de «l’exceptionnelle saturation émotionnelle et la profondeur de l’interprétation », Piano Forum est « sûr qu’il sera en mesure d’ouvrir la voie à une interprétation nouvelle de Chopin ».
    La fréquentation du compositeur n’est probablement pas étrangère à l’autorité « renversante » (Classica) et « incontestable » (concertonet.com) dont fait preuve Arthur Ancelle dans l’interprétation des oeuvres principales d’Henri Dutilleux. « Un jalon dans l’histoire du disque » (Le Monde), « l’un des meilleurs parmi tous les enregistrements existants » (Piano Forum).
    Intelligent, facétieux, novateur, aventureux, libre, inventif, énergique, flamboyant, les qualificatifs n’ont pas manqué pour décrire l’interprétation révolutionnaire proposée par Arthur Ancelle dans les sonates de Haydn. « A la limite de l’improvisation » (Cadences, France Musique), « Ancelle veut captiver l’attention, qu’on se demande ce qui va arriver, et il y parvient » (classica).
    Bien connu pour son duo de pianos avec Ludmila Berlinskaya, dont il a suivi l’enseignement, Arthur Ancelle revendique une éducation pianistique issue de plusieurs des grandes écoles russes. Tout au long d’un parcours atypique, il s’est perfectionné auprès de plusieurs pédagogues dont les enseignements variés font cohabiter les préceptes transmis par les successeurs d’Heinrich Neuhaus, Alexander Goldenweiser, Lev Oborin, Yakov Zak ou Konstantin Igumnov. Nourris par son éducation et sa culture françaises, ceux-ci ont forgé sa technique et son approche pianistiques.
    En duo avec Ludmila Berlinskaya, il a joué aux Sommets Musicaux de Gstaad, au festival des Nuits de Décembre de Moscou, au Tokyo Spring Festival, au Rota das Artes de Lisbonne, aux Lisztomanias, aux Solistes à Bagatelle ou aux Pianofolies du Touquet en France. En Russie, ils jouent chaque saison dans les plus belles salles de Moscou et de Saint-Pétersbourg et sont invités par des orchestres prestigieux tels l’Orchestre Philharmonique de Saint-Pétersbourg, l’Orchestre Philharmonique de Freiburg, l’Orchestre Philharmonique d’Ulsan.
    Leurs enregistrements, multi-récompensés par la critique (Editor’s Choice Gramophone, Pianiste Maestro, Must Concertonet, Clic Classiquenews, 5 Diapasons etc.), proposent plusieurs de ses propres transcriptions en première mondiale, dont certaines ont été publiées par les prestigieuses maisons d’édition Jurgenson et Chant du Monde.
    « Maître transcripteur » (classiquenews), Arthur Ancelle privilégie avant tout l’esprit avant la lettre, musique et pianisme guident seuls la technique d’écriture, ce qui « procure un effet de cohérence et d’accomplissement » (resmusica), qu’on « oublie rapidement l’orchestration originale de lapartition » (concertonet) pour que ces « super transcriptions » (musicweb-international) soient ainsi reconnues comme des « ajouts majeurs à la littérature pour deux pianos » (Gramophone).
    Infatigable explorateur du répertoire, passionné par la conception de programmes, estimant qu’il faut dépasser la rigidité des formats usuels de concert, il prône le décloisonnement par la nécessité du message artistique, celui-ci seul définissant la forme du concert et tissant un lien plus fort avec le public.
    En ce sens, la direction artistique du festival La Clé des Portes et du Rungis Piano-Piano Festival, intimement réfléchies avec Ludmila Berlinskaya, lui offre une plateforme idéale pour son désir de partage, d’ouverture et d’expérimentation.

  • Jean-Philippe Ancelle
    Jean-Philippe Ancelle

    Formé par Jean-Laurent Cochet puis par Tania Balachova, Jean-Philippe Ancelle débute une carrière de comédien tout en se formant au chant et à la danse. Au théâtre, il joue aussi bien du grand répertoire classique (Dom Juan au théâtre de Gennevilliers mis en scène par Bernard Sobel ou l’Aiglon au théâtre Mogador au côté d’Odile Versois, Le Bourgeois Gentilhomme, mis en scène et interprété par Jean Le Poulain, plus récemment, Lorenzaccio avec Francis Lalanne au théâtre Le Trianon…), que du théâtre de Boulevard (Quatre pièces sur jardin de Barillet et Grédy, mis en scène par Jacques Charon…), du théâtre contemporain (Electre au théâtre du Ranelagh, mis en scène par Jean Dalric, Traits-d’union, de Murielle Magellan, au théâtre Essaïon en 2017, Le Passager de la Terre, d’après J. Bixby, La Scène Libre au printemps 2020…) ou encore des comédies musicales (Napoléon de Serge Lama au théâtre Marigny…).

    Il tourne également pour le cinéma et la télévision (Croque la vie ou Dames galantes de Jean-Charles Tacchella, Rien ne va plus, de Jean Barral, La Maréchale d’Ancre, de Jean Kerchbron, Les Invisibles sur France 2…), joue à la radio, enregistre des disques, donne des concerts, enseigne l’Art Dramatique, met en scène (dernièrement Poil de carotte au Lucernaire, ou le Carnaval des animaux à Moscou avec Gérard Depardieu), écrit plusieurs pièces de théâtre (Le Jockey avec Corinne Le Poulain et Bernard Pisani, en 1995 au théâtre Le Village à Neuilly, Dom Sganarelle qu’il joue avec Michel Pilorgé au théâtre Le Ranelagh puis au festival de Sarlat durant la saison 2018).

    Enfin, il publie en 2013 aux Editions L’Harmattan, Un livre autobiographique : Une Grande Famille.

    En 2021 et 2022, il est à l’affiche de la pièce Le Passager de la Terre ; en 2023 il signe la mise en scène de Sherlock Holmes et l’affaire du pont de Thor, dont il est également co-auteur.

Categories